WEBINAIRE GRATUIT

5 CLÉS POUR DES ATELIERS IMPACTANTS ET PAS « JUSTE LUDIQUES »

MARDI 21 SEPTEMBRE 13H00 – 14H00

Coach et facilitateur du changement : les 2 différences

deux différences entre coach et facilitateur du changement écologique

Il y a quelques semaines une entrepreneure qui intervient pour des particuliers sur les enjeux écologiques me posait la question suivante :

« J’aime beaucoup l’appellation facilitateur du changement mais quelle est la différence avec coach

C’est une très bonne question !

Vous l’aurez compris, dans cet article il ne sera pas question de coach sportif mais évidemment de coachs certifiés qui vont vous accompagner sur un aspect de votre vie personnelle ou professionnelle,

Pour y répondre j’ai fait appel à une amie qui est à la fois coach et facilitatrice du changement. Elle est fondatrice de WeOstara et accompagne les femmes éco-conscientes en quête de sens et d’impact dans leur vie pro.

Ces deux postures ont, il est vrai, beaucoup de similarité. 

Nous avons tout de même retenu 2 différences.

Mais commençons par leur point commun !

Une essence identique

« La facilitation comme le coaching est un accompagnement au changement » me dit Juliette.

Effectivement, c’est une posture qui place l’autre en tant qu’acteur de son propre changement. Le coach comme le facilitateur n’a aucune attente particulière sur le changement en cours.

En d’autres termes, l’objectif d’un facilitateur ou d’un coach est d’accompagner l’autre à passer d’un point A connu à un point B inconnu au départ. A contrario de la conduite du changement où le point B est connu à l’avance par exemple dans un changement de politique managériale ou un changement de localisation de bureau.

Bien sûr en cours d’accompagnement un point B peut être défini par l’accompagné et le coach comme le faciliteur l’aideront à maintenir ce cap.

Tous les deux ont donc une qualité de présence bien particulière. L’écoute active est son principal outil associé à des questions capacitantes, c’est-à-dire qui mettent l’accompagné dans une posture de réflexion orientée solution.

Différence n° 1 : Multi-casquette

Le facilitateur du changement est multi-casquette. Dans l’article sur les 3 postures nous avons vu qu’une posture juste et impactante est un équilibre à trouver à l’instant T entre celle de Dr JC l’expert, Janym l’animateur et évidemment celle du Dr Gcoute le facilitateur.

Or, il n’est pas attendu d’un coach une expertise dans un domaine. Même si nous sommes d’accord que chaque coach à un domaine de préférence qui le rend unique, soit par son propre vécu personnel ou professionnel et qui l’oriente vers un public cible bien particulier. Il n’est pas non plus attendu que le coach soit un bon animateur.

Différence n°2 : se relier à un changement plus grand

C’est LA différence majeure et Juliette la formule ainsi : 

« Ce qui différencie les deux postures selon moi, c’est que le le coach accompagne au bénéfice du client dans l’atteinte de son objectif clairement formulé. Tandis que le facilitateur accompagne un changement plus large, il est au service d’un enjeu plus important. 

Par exemple, moi je souhaite accompagner les femmes éco-conscientes à aligner leur coeur, corps et esprit dans leur vie professionnelle. Parce qu’accompagner une femme à être elle-même, à prendre sa place dans la société, cela revient à contribuer à écrire une nouvelle page du récit de l’humanité et ça me transcende ! 

Finalement, en quoi mon action, mon objectif, me fait contribuer à plus grand que moi. Cela sert également au coach, mais j’ai le sentiment que cette dimension est moins explorée dans cette posture.”

Ce rattachement est aussi valable pour les participants eux-mêmes.

Juliette ajoute “j’ai pu observer dans la posture de facilitateur du changement en collectif, que les participants ont chacun une motivation personnelle intrinsèque [par exemple adopter un nouveau comportement écologique ] mais se relie à un changement global à leur tour [par exemple la transition écologique de la société]”

C’est une fondation importante du facilitateur au changement écologique. Comme le dit si bien Juliette, la puissance du facilitateur du changement réside lorsqu’ il se relie à un changement en cours qui est plus grand que lui.

“Le changement ne dépend pas que de moi. Je suis une étape.”

Cela donne du sens, de la motivation, de la confiance, un ancrage et donc une puissance. 

Cela enlève aussi ce poids beaucoup trop gros que les acteurs du changement s’auto-imposent très souvent en se positionnant en tant que sauveur de la planète.

Se relier à un changement plus grand c’est aussi se détacher du changement individuel, du changement chez l’autre. Cela procure une prise de hauteur et une position beaucoup plus juste vis-à-vis des accompagnés.

Ça m’amène à faire un complément qui pourrait être l’objet de tout un article, mais qui sera un petit teaser aujourd’hui.

Être au clair sur son propre processus du changement

Quand on travaille sur les enjeux écologiques, cela demande aussi au facilitateur d’être au clair ou du moins au fait de son propre changement sur le sujet et de ses propres besoins à nourrir.

Il n’y a rien de plus contre-productif d’être facilitateur du changement écologique en partant d’un élan d’urgence et d’insécurité à l’instant présent. Cela ne veut pas dire de les nier ou de dire que la situation n’est pas urgente. C’est plutôt déjà d’en être conscient et comment à l’instant présent je peux nourrir ces besoins de sécurité, sérénité qui sont potentiellement menacés par le changement climatique, la chute de la biodiversité etc. 

Si ce travail n’est pas fait régulièrement, alors il n’y a plus ce « détachement » nécessaire dans l’accompagnement au changement écologique. 

Le point B devient en quelque sorte connu car il est inconsciemment imposé par le facilitateur. Or l’accompagné ne le sait pas et là, ça peut être source de tension. C’est une posture qui n’est plus du tout juste. 

Et vous, pour accompagner vos bénéficiaires, vous êtes plutôt team coach ou team facilitateur·rice du changement ou encore les deux ?

N’hésitez pas à me partager vos réponses ou poser vos questions sur le sujet en commentaire de l’article 👇

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

Découvrez le guide "Mobiliser son public sans s'épuiser"

Les 6 étapes du changement écologique et leurs modes d'accompagnement qui ont le plus d’impact !

Anaïs LESIOURD

Anaïs LESIOURD

Je m’appelle Anaïs, et j’accompagne les professionnels de la promotion de la santé et de l’environnement à augmenter leur impact en intégrant les savoir-faire et savoir-être de l’accompagnement au changement dans leurs pratiques.

En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *