Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

J’ai pleuré à l’écoute de Nicolas Hulot et voici pourquoi

0

J’ai pleuré à l’écoute de Nicolas Hulot sur France Inter.

J’ai pleuré car j’ai été touchée par ses convictions, son message et sa profonde désillusion devant l’incapacité du gouvernement à l’assumer.

J’ai perdu espoir…

Pendant de longues minutes.

Puis j’ai repensé à mon propre changement depuis 2015.

J’ai été capable de passer de la surconsommatrice et de l’autruche que j’étais à ce que je suis aujourd’hui :

La même.

La même, en plus épanouie.

La même, en cohérence avec mes valeurs.

Car finalement être écolo c’est ça :

Être en cohérence avec ses valeurs, dans ses gestes, dans ses achats comme dans son métier.

Je sais donc qu’il est possible de changer et pour le mieux.

C’est à se demander pourquoi je n’ai pas voulu changer avant.

Pour une question d’identité, pour vouloir faire comme tout le monde, être dans le moule.

« C’est comme ça… » comme j’ai pu le dire et comme je l’entends encore.

Et puis il faut dire que j’avais une telle image de l’écolo et de l’écologie… Impossible de rentrer dans cette case me disais-je!

Puis j’ai compris,

A-t-on vraiment besoin de rentrer dans une case, se coller une étiquette, une catégorie, une identité ?

Non.

Restons tels que nous sommes. [voir mon illustration des clichés]

La seule chose qui doit nous gouverner ce sont nos valeurs. Et elles ont toujours été là. Écoutons-les.

On tente tous les jours de me mettre une étiquette, parce que ça rassure. Et pourtant, je suis restée la même.

J’ai simplement assumé mes convictions d’humaine : j’aime l’Homme et la Nature.

Ça m’attriste et me révolte quand l’un ou l’autre est touché, non respecté, humilié, dégradé, blessé …

Pas vous ?

Je suis touchée car je suis humaine.

Nous sommes humains.

Ce sentiment fait mal. Alors on préfère jouer les indifférents, faire l’autruche…

Acceptons : c’est la première étape pour le renouveau et le changement.

Il est nécessaire d’accepter que pendant des années nous avons agi en contradiction avec nos valeurs, que nous avons déconné. Et quand je dis nous, c’est tout le monde, moi comme vous et comme tous les autres.

Oui. Acceptons.

Même si c’est difficile de se l’avouer, même si c’est difficile de nous savoir responsable de ce qui se passe. #effetpapillon

Oui. Acceptons

J’ai cessé de faire l’autruche. J’ai accepté pour mieux changer.

Cessons d’être indifférent même si c’est douloureux.

Cessons de nous plaindre sans agir.

Utilisons cette indignation pour agir, tout de suite, à notre échelle.

« C’est comme ça » ne doit plus faire partie de notre vocabulaire

Bribe d’une conversation :

– « Ça coûte 5 euros, une affaire ! »

– « oui mais c’est fabriqué au Bangladesh… c’est pour ça »

– « oui mais bon c’est comme ça maintenant »

Non. Nous avons toujours le choix.

La résignation n’est pas une solution.

La solution est dans le mouvement. Agir. Bouger pas après pas.

Rêvons d’un monde plus juste et harmonieux

Quels est le geste le plus simple, à votre portée que vous pouvez faire dans ce sens ?

Si vous n’avez pas d’idée je vous oriente sur l’argent et la manière dont nous le dépensons.

Notre carte bleue est notre plus grand pouvoir.

Ce que nous achetons régit le monde dans lequel nous vivons.

Achetons en cohérence avec nos valeurs (éthique, respect de l’environnement etc.)

Il n’y a pas de petits gestes quand on est 60 millions à les faire

Et vous dans quel monde souhaitez-vous vivre?

Rêvez en commentaire.

Anaïs

Pour voir l’interview c’est ici : https://youtu.be/YJZa90g9WSk

 

Si cet article t'a plu, partage-le 🙂

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Partage Neoecolo!