Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Comment faire ses courses en vrac? [Partie 1]

PARTIE 1 : Découvre mon aventure et mon passage aux courses en vrac

PARTIE 2 : Découvre tous les détails pratiques pour faire tes courses en vrac : Immersion en épicerie vrac + 1 recette réalisée avec des ingrédients trouvés uniquement en vrac ou sans emballage! Un article riche en photos et conseils réalisé à quatre mains avec mon amie Julie de Makadamiam ! Miam Miam !

Quand quitter ton hypermarché devient une aventure… pleine de sens!

Je te préviens d’entrée de jeu, ça ne sera pas facile.

Tu feras demi-tour.

Tu te sentiras perdu-e, sans repère.

Ton instinct le plus primaire de te nourrir va faire grimper tes hormones et te donnera l’envie de fuir …

Sauf que ça, c’est au début, uniquement.

Comme te le sais, je suis transparente et je ne vais pas te mentir et te dire que passer du grand carrefour à l’épicerie bio du coin va se faire d’un claquement doigt,

C’est difficile le temps d’apprivoiser ce nouveau lieu, de trouver tes repères et construire une nouvelle habitude !

Est ce que finalement ce n’est pas plus gratifiant d’accomplir et réussir quelque chose qui a demandé quelques fils à retordre au départ hein?

Un temps d’adaptation

Pour tout te dire, je suis allée 4 fois dans la biocoop à côté de chez moi avant d’acheter quelque chose !

La première fois, j’y suis restée à peine 2 min…. le temps de faire le tour !

C’est simple, le magasin fait 60 m² et encore, il y a deux allées et …. c’est tout !! [Je te rassure, toutes les épiceries ne font pas cette taille, malheureusement dans les grandes villes comme Lyon, le prix au m² est cher…]

J’ai eu l’impression que c’était un magasin dédié en cas de survie : quelques conserves, des graines, des céréales, du riz, des pâtes, des yaourts et quelques fruits et légumes. En plus, c’était en plein mois de janvier. Il y avait donc peu de légumes et c’était trop de nouveauté d’un coup pour que j’achète une citrouille !

Fatalement, j’ai fini au carrefour market d’à coté à remplir mon caddie classique (blanc de dinde, 6 knaki, lardon en allumette, crème dessert, pate, sauce provençale, un ou deux plats préparés, ma salade en sachet toute prête, une boite d’haricot vert, deux steaks hachés etc.)

Quelques semaines plus tard, j’ai pris mon courage à deux mains et j’y suis retournée.

J’ai regardé d’un peu plus près les étals mais je n’avais aucun repère, aucune marque ne m’était familière.

« Bonjour, vous avez des petits lardons en allumette s’il vous plait ? Je n’aime pas trop quand il y a trop de gras »

« Bonjour, non par contre on a des tranches de lard, que vous pouvez couper vous-même »

« ah merci…. » Echec.

Je me sentais contrainte car je n’avais pas le choix sur un produit, c’est forcément lui et puis c’est tout. Quand tu vois que tu peux avoir un rayon entier de PQ en hypermarché, ici tu as un seul PQ, non blanchi et en papier recyclé … [Non… il ne va pas te racler les fesses comme j’ai pu le penser en l’achetant haha il est doux sans non plus ressembler à un 4 feuillets à petit coeur et à l’odeur de rose, faut pas rêver^^].

La troisième fois, j’ai passé mon temps dans les produits cosmétiques. J’ai vu que ça coutait un bras, je suis ressortie, dépitée.

La quatrième fois, c’était la bonne!! Je suis repartie avec quelques courses toute fière de moi : mes pates en vrac, ma sauce tomate, des yaourts, du jus d’orange, des céréales crunchy en vrac pour le petit dej, deux trois légumes et des kiwis. « Bon avec ça je vais survivre les prochains jours !! »

La transformation : l’habitude a changé

Ensuite je n’y suis pas retournée pendant plusieurs mois car j’ai trouvé une autre coopérative plus loin (10 métro + 10 de marche) mais plus grande et plus aérée avec plusieurs rayons et plus de choix de vrac, des légumes locaux, un boucher, charcutier, fromager etc. Malgré que ce soit loin, c’est grâce à cette coopérative que j’ai pris plaisir à faire mes nouvelles courses ! (la super halle d’Oullins)

Les producteurs étaient là, je savais à qui allait mon argent et j’étais bien contente de le savoir ! Devant ce grand choix de vrac, j’ai eu envie de tout acheter : de la farines aux huiles et vinaigres, au riz complet, blanc, semi complet (et de Camargue ! ) aux pâtes (très grand choix!)   des petits gâteaux maison en vrac, des pépites de chocolat; de la lessive. Bref, j’étais ravie !

Bon la CB un peu moins…

Je me suis un peu trop lâchée sur les noix de cajou, les petits gâteaux maison, le saucisson et le fromage… car ces produits soit ils viennent de loin, soit c’est fabriqué par des petites mains du coup ils coûtent chers mais purée que c’est bon !!!

Alors oui le prix de ton caddie va augmenter c’est certain ! Car en fait ce n’est pas comparable tout simplement.

On ne peut pas comparer des produits industriels fabriqués en usine et non bio à des produits limite fait maison, en petite quantité et bio.

Quand tu quittes l’hypermarché, tu peux choisir 3 voies à emprunter :

  • Acheter local (quand c’est possible) en épicerie, sur les marchés, dans les amaps : tu favorises ainsi un modèle économique où on ne tire pas les prix vers le bas au dépend de la qualité et le respect du travail des agriculteurs de ta région.
  • Acheter bio : tu favorises ainsi un mode de production plus propre pour notre environnement et notre santé
  • Acheter en vrac : tu limites grandement ton impact sur l’environnement car le meilleur déchet est celui qu’on ne produit pas et qu’on a pas besoin de traiter/recycler/incinérer derrière.

En grande aventurière que je suis, j’ai choisi d’attaquer les 3 voies en même temps! ça demande un mental solide, une conviction à tout épreuve et une révision du budget course ^^ L’avantage c’est qu’il y a beaucoup d’épicerie qui font les 3 en même temps.

Je te conseille de commencer par une des voies (celle du bio est plus coûteuse) et y aller progressivement 🙂

Révision du budget course

Pour pouvoir me permettre financièrement les 3 (finalement surtout le bio), j’ai fait le choix de dépenser moins ailleurs ^^ ( fringues, cosmétiques…). Je t’invite à lire mes articles de la catégorie beauté pour comprendre 🙂

Moins de superflu pour plus de qualité

Également, pour que tes courses en épicerie bio ne te coûtent pas un bras, il faut éviter les plats dit préparés/industriels (les gâteaux, les mélanges de fruits secs (tu seras plus gagnant à le faire toi-même), les plats du rayon frais (steack végétal, ravioles et compagnie). En gros avec mon budget, je peux me permettre le bio mais pas le bio préparé/industriel.

J’ai aussi beaucoup réduit la viande par conviction et tant mieux car c’est ce qui coûte le plus cher. Un pierre deux coups!

Globalement je n’en mange plus pour les repas à la maison, sauf un petit saucisson de temps en temps et quand je reçoit le weekend et encore je fais découvrir les plats sans viande aux amis 😉

Mais tu vas me dire « qu’est ce qu’elle mange alors???!!! »

« Elle est du genre à préparer tous ces menus à l’avance, tout cuisiner elle-même dans sa seconde vie ?? » #lafemmeparfaiteestuneconnasse

Que nenni !!!

Je mange en plus grande quantité ce qui est bon, pour être autant à satiété qu’avant. Fini les blancs de dinde, jambons, knakis, rillettes, surimi, tarama, gateaux apéros, chips, crèmes dessert, pate à tarte toute faite, nutella, barre chocolaté, sodas etc.

Tu m’aurais dit il y a deux ans, que je n’en mangerais plus, je t’aurais dis « qu’est ce que tu me racontes là? t’as de la fièvre?  »

Et bien franchement, je m’en passe très bien!

Je mange davantage de légumes (que j’achète au marché car moins cher).

J’en découvre encore aujourd’hui.

Moi qui est classé dans la catégorie « tu es difficile ! » je me surpasse !

J’ai découvert le potiron (une tuerie), le fenouil, le chou rave (je ne connaissais que le céleri rave en barquette) et plein d’autres. Je les mixe avec des céréales (pate, riz, quinoa etc.) ou légumineuse en salade ou chaud. Je continue mes quiches. J’ai découvert les grains de sarrasin (c’est magique tu manges comme du boulgour mais avec un goût de galette !), etc..

Puisqu’une des valeurs de Neoecolo c’est l’authenticité, je t’avoue que lorsque je vais chez des amis et qu’il y a sur la table mes gâteaux apéros préférés (les 3D !), mon cerveau se met en mode OFF et mes mains se jettent dessus ^^ Je réalise que tout n’est qu’une histoire de stimilus. Si mon cerveau ne les voit pas dans le supermarché, et ensuite dans le placard, je n’en exprime pas le besoin ou l’envie. C’est pour ça que j’arrive à me passer de tout ça.

et maintenant?

Cela fait 1 an et demi que j’ai changé ma routine pour faire mes courses. Je retourne dans mes petites épiceries plus près de chez moi. J’ai mes repères et mes habitudes.

Mes courses sont 10 fois plus rapide qu’en hypermarché. Je n’achète que ce dont j’ai besoin, je ne suis plus tentée par d’autres produits. Ça va vite, c’est efficace et je ne fais presque pas déchet. Je sens que je fais du bien à mon corps et à notre environnement. J’ai l’esprit plus léger. Et depuis 1 an et demi, je ne râle plus en sortant de mes courses (trop de monde, je viens d’y passer 2h etc.)

Aussi, quitter l’hypermarché m’a fait manger plus varié et découvrir de nouvelles choses. Difficile que j’étais, ça m’a fait murir et affiner mon palais.

Je suis fière de moi et pour tout ce à quoi je contribue (économie locale, ma santé, notre environnement).

Désormais quand je rentre dans un hypermarché, je suis perdue et abasourdi devant tant de choix. Cela non plus je n’aurais jamais cru dire ça un jour!

Et toi prêt-e à quitter l’hypermarché ?

Pour la PARTIE 2 de l’article et tous les conseils pratiques en photo, clique ici 🙂

Si cet article t'a plu, aime-le et partage-le 🙂
20
7 Responses
  • Lise
    août 27, 2017

    Salut Anaïs !! 🙂 c’est vrai qu’on s’identifie très vite dès les premières lignes de ton article. J’ai passé exactement les quatre mêmes premières étapes que toi : le fameux temps d’adaptation. Je pense être coincée depuis un moment au démarrage de la « transformation ». Ça fait très longtemps que je ne suis pas allée dans un magasin bio … alors j’espère y retournée bientôt et changer mes habitudes très vite 🙂
    Par contre, après avoir lu l’article en entier je me pose une question: combien de fois par semaine vas-tu faire les courses ? Pour devenir adepte du bio et du vrac j’ai peur de devoir augmenter la fréquence…

    • Anaïs
      septembre 12, 2017

      Salut Lise! c’est une bonne question! j’y vais une à deux fois par semaine pour faire le plein de frais notamment (légumes et autres produits) et les céréales qui se consomment très vite. Si je vois que certains bocaux de pâte riz lentille commencent à descendre j’en prends en même temps dans mes sacs. Vu que je n’ai pas les bras de popeye, deux ou trois fois par an, on va dans une grande épicerie faire le plein de farine huile vinaire en voiture ou alors c’est Adrien qui porte le plus lourd ^^
      là typiquement j’ai bientôt plus de lessive et j’ai quasi que ça à recharger, mercredi je mets ma bouteille de lessive vide dans mon sac à dos et sur le retour j’irai la remplir à 3 petits pois 😉 De toute façon supermarché ou épicerie je n’ai jamais pu acheter beaucoup d’un coup car je fais tout à pied! L’hiver c’est plutôt une fois car les légumes se conservent plus longtemps je trouve qu’en été. A savoir les légumes sont souvent cueillis plus murs qu’en supermarché et du coup ils durent moins longtemps une fois dans tes placards! C’est le prix du gout du soleil plutôt que des néons 😉

  • Jesss
    juillet 5, 2017

    Très chouette article j’adore !
    Je me retrouve bien aussi dans ce que tu racontes ! ma 1ère fois en magasin bio … ha ha je m’en souviens bien ! il m’a fallut plusieurs fois aussi avant de me lancer ! Un nouveau monde à découvrir ^^
    Sinon j’ai encore des efforts à faire pck je vais souvent au mini Super U de la rue derrière chez nous (pratique !) pour dépanner, mais pour autant j’ai aussi changé ma façon de consommer donc le peu de rayon que je fais me suffisent, et puis le magasin bio et le marché pour compléter et hop !
    Prochaine étape cuisiner plus aussi, bon avec une vraie cuisine ça aidera aussi (comment trouver des excuses facilement …)
    Et alors tout pareil, les quelques fois ou j’ai remis les pieds dans un hypermarché (pourtant y a plus grand qd même) mais au secours de chez au secours ! c’est super dur en fait, de voir cette abondance de bouffe et cette consommation excessive et surtout la qualité de m**** … bref, ça donne le tournis et ça fait râler (genre je râle jamais ailleurs 😀 ) alors autant éviter d’y mettre les pieds !

    Vivement la suite !

    • Anaïs
      juillet 19, 2017

      Merci!! C’est exactement ça, un nouveau monde à découvrir! mais bon on est des aventurières pas vrai? 😉

  • Audrey
    juin 29, 2017

    Yay! Un nouvel article! 🙂 On les attend avec impatience 🙂
    C’est marrant je me retrouve dans ton parcours. Moi aussi j’ai fait du repérage à la biocoop avant d’acheter la première fois. Histoire de voir à quoi ça ressemblait et quel genre de produits ils vendaient… C’est vrai que c’est pas évident au début. D’ailleurs on est en toujours transition et on n’a pas vraiment trouvé THE super endroit où acheter tous nos produits « non frais ».
    Pour le frais, le marché en bas de chez nous, c’est top! Je ramène mes sacs en toile et refuse les sacs plastiques chez le fromager, le boucher, le maraicher et le boulanger 🙂 Par contre, je n’ai pas encore réussi à faire disparaitre les papiers autour de la viande et du fromage… faudrait ramener des boites… c’est un cap plus difficile à passer je trouve… j’y vais progressivement.
    En tout cas, le supermarché moins j’y vais, mieux je me porte. Comme tu dis, faire ses courses ailleurs c’est bien moins stressant et plus agréable. Quand tu peux discuter avec les commerçants les courses deviennent un moment agréable plus qu’une corvée 🙂
    En tout cas merci pour cet article, et vivement la 2e partie! 😉

    • Anaïs
      juillet 19, 2017

      Merci Audrey, je suis contente que cet article te plaise 🙂 la deuxième partie est en ligne pour les conseils pratiques! Oh oui comme je te comprends pour les papiers autour des viandes et autres. Il faut avoir des boites avec soi et ça ce n’est pas toujours facile car on n’y pense pas, elles sont au lave-vaisselle, ou au final elles seront trop petites! L’important est déjà de se féliciter pour ce que t’as mis en place 🙂 Tu es le meilleur vecteur de changement, ton entourage s’interrogera sur ta nouvelle façon de faire tes courses et à coup sûr tu verras une évolution chez eux 😉

  • […] vous invite à lire (relire) l’article d’Ana sur ses premières expériences dans les boutiques en vrac, c’était pas gagné d’avance, mais […]

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial

Partage Neoecolo!

%d blogueurs aiment cette page :